A PROPOS

Le projet ALARM consiste à un renforcement de l’application de la loi contre l’augmentation du braconnage et l’ampleur des cas de trafics.

 

 

Une stratégie est mise en place pour mettre au clair les dessous de ces affaires et de traduire ces trafiquants devant la justice afin qu’ils reçoivent des peines sévères et exemplaires suivant les lois en vigueur à Madagascar sur le trafic de faunes et flores. Y sont impliqués les forces de l’ordre, les Agents de la Direction Régionale de l’Environnement et du Développement Durable (DREDD) et le personnel du Ministère de la Justice dans la Région de Boeny ainsi que les journalistes locaux et nationaux.

OBJECTIF GLOBAL

Sauver la tortue à socs (Angonoka) de l’extinction. 

La principale menace directe vient de l’augmentation excessive des besoins d’animaux de compagnie des collectionneurs dans les pays  d’Asie du Sud-Est. A cet effet, depuis 2015, les trafiquants effectuent de braconnage dans le parc national de Baie de Baly pour le commerce illégal de cette espèce. A titre de référence,  il n’y a plus maintenant que moins de 500 animaux restant dans un seul site.

Partenaires de mise en œuvre

– Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ) 

– La Fondation le Pal 

– L’association Salamandra Nature 

– Durrell et Alliance Voahary Gasy 

– Région de BOENY 

– Région d’Atsimo Andrefana

 

AXES D’INTERVENTION

Le projet ALARM s’est fixé d’atteindre 4 objectifs. L’intervention de l’AVG est axée sur l’objectif N°4 : Accroître l’identification, l’arrestation et le succès de la poursuite des trafiquants auprès du tribunal à Mahajanga.

Mettre en place une structure d’investigation, de collecte des renseignements et d’informations pour constituer des preuves en vue d’une arrestation en flagrant délit des principaux trafiquants des tortues à Mahajanga et dans la Région de Boeny ;

Établir un protocole d’accord incluant la facilitation du processus d’arrestation, d’audition, et de transfert des trafiquants avec les autorités régionales (les forces de l’ordre, le MEDD et le MINJUS) ;

Mettre en place une cellule juridique composée d’un Juriste et d’un Avocat pour assurer l’appui et le suivi en permanence des cas trafics illicites des tortues (depuis l’arrestation jusqu’à la condamnation) ; pour garantir l’exécution des peines d’emprisonnement et la régularisation des dommages et intérêts ;

Mener des actions de lobby et plaidoyer et de communication sur les résultats du projet (à la fois positifs et négatifs),  informer le public sur: 

– les sanctions et les peines encourues en matière des trafics des tortues, 

– l’application effective de la loi contre es trafiquants à travers des peines sévères et exemplaires.